Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'utl
  • : Nous amuser, nous cultiver, nous faire connaître et apporter la culture et des apprentissages pour tous au meilleur prix
  • Contact

Archives

Liens

5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 08:20

 

 

 

C'était le mercredi 15 décembre 2016 la salle de conférence du Centre Multimédia de Lamastre était comble pour écouter un défenseur de l'aigle de Bonelli, le docteur vétérinaire Jean-Claude Mourgues.

Tout a commencé par une vidéo très instructive...

Mais qui est cet inconnu ? L'aigle porte le nom de son découvreur au 19ème siècle, l'ornithologue italien Franco Bonelli. Ce n'est pas un oiseau migrateur.

Ce bel animal vit autour du bassin méditerranéen ;  en France 32 couples sont recensés (contre 80 dans les années 60), dont 2 couples dans les falaises des gorges de l'Ardèche. Il faut savoir que c'est l'espèce la plus rare en France.

 

 

Il mesure 60 à 70 cm, pèse entre 1,5 et 2 kg, a une envergure de 1,50 à 1,70 m. Une tache blanche ornant son dos et des ailes sombres entourant un corps blanc permettent de le reconnaître.

Il vole à environ 60 km/heure.

Après une gestation de 42 jours, les oisillons naissent au printemps ; fin juin, ils commencent à voler et en septembre ils sont indépendants.

Quant à leur longévité, il y a une femelle en région Provence-Alpes-Côte d'Azur qui a 33ans !

Mais...

 

Monsieur Mourgues, sauveteur émérite des oiseaux (plus de 400 par an) nous alerte sur le grand risque de disparition de l'aigle, à cause... des humains, bien sûr !

La chasse (net progrès néanmoins car les chasseurs ont appris à ne plus tirer sur n'importe quel oiseau), les empoisonnements, le tourisme, les éoliennes, et surtout les  les  lignes à haute tension qui demeurent leur plus grand ennemi.

L'EDF a pris conscience des électrocutions et commence à placer des « neutraliseurs » sur les faîtes des pylônes servant, hélas, de perchoirs aux oiseaux, dans les zones les plus fréquentées par l'aigle. Lorsque, dans le film projeté, on voit un aigle mort, ses pauvres serres racornies, ses griffes noircies par l'électrocution, c'est terrible. La tristesse et la révolte nous submergent.

Double drame : c'est le mâle qui nourrit les oisillons, et s'il meurt, la nourriture n'arrivant plus, la femelle quitte définitivement le nid, abandonnant ainsi les petits...

Autre grand problème pour les oiseaux, c'est le tourisme de masse, envahissant la nature, faisant fuir les animaux dont se nourrissent les aigles.

Ainsi, pour l'Ardèche les scientifiques ont  constaté que leur territoire de chasse s'était agrandi. Ce qui signifie qu'ils ne trouvent plus leur nourriture à proximité de leur nid, donc des oisillons.

Alors l'aigle de Bonelli pourra-t-il survivre en Ardèche ?

Le docteur Mourgues, pour sauver l'espèce, en partenariat avec l'Espagne, fait de la reproduction en captivité, chez lui, à Boucieu-le-Roi. Une fois élevés, les oiseaux sont destinés à être lâchés dans leur univers naturel. Une balise, à leur patte, permet de les surveiller. De plus en plus de balises ont un GPS, ce qui permet de suivre leur itinéraire.

Il  nous a raconté l'itinéraire d'un aigle de Bonelli espagnol ayant franchi le détroit de Gibraltar,  s'était promené au Maroc, en Mauritanie, au Mali, et jusqu'à Mogadiscio où sa balise a cessé d'émettre...

 

Attention ! nous avertit notre conférencier : si nous trouvons un rapace blessé,  qu'il se met sur le dos à notre approche, ce n'est pas pour jouer, comme le croyait une dame, mais pour se défendre avec ses serres. En effet, ce n'est pas le bec qu'il faut craindre mais bel et bien les serres si puissantes, si terribles. L'ami des oiseaux en a fait une douloureuse expérience,  un aigle de Bonelli ayant planté ses serres dans son bras !

 

Je termine avec une bonne nouvelle : l'aigle Royal, lui, est revenu en Ardèche depuis une dizaine d'années.

Nous ne pouvons pas admirer l'aigle de Bonelli, si discret, si rare,  alors contentons-nous, pour le moment, d'écouter le chant des grands ducs, si nombreux en Ardèche !

Ils chantent une demi-heure avant le coucher du soleil !

 

Longue vie à l'aigle de Bonelli et vifs remerciements au docteur Jean-Claude Mourgues.

 

Patricia Brun

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
A longer period for friends and family - The best benefit you do experience once hiring maid service is certainly that, you'll possess more a chance to spend in your family. While an individual's maid keeps your place clean, you could spend more happy times in your family together with children.
Répondre